Paul Smith, le vrai talent

Parfois, comme tout le monde j’imagine, quand j’ai un petit pépin dans ma life, je me laisse facilement submerger de doutes. Et quand ça arrive, le découragement n’est jamais bien loin. Pourtant, je n’ai pas à me plaindre. Surtout quand je vois que d’autres, bien plus infortunés, parviennent à donner un sens à leur quotidien difficile, envers et contre tout.

Paul Smith est né avec une infirmité motrice cérébrale et pour lui, toute activité impliquant un minimum de dextérité relève du défi insurmontable. Mais l’envie de créer est plus forte que tout. Et comme son invalidité l’empêche de manier la plume ou le pinceau, il a appris à se servir d’une machine à écrire pour produire ses œuvres.

En ce moment, sous couvert de « bonnes » vannes, on galvaude beaucoup le « respect ». Mais le mot effleure à peine tout ce que je ressens pour le bonhomme.

Edit : après quelques petites recherches sur le net, je suis tombé sur la page Wikipedia du monsieur, qui m’a appris qu’il avait malheureusement dû interrompre ses activités de « peintre à la machine à écrire » dès 2004 et qu’il nous avait quitté en 2007. Du coup, je regrette encore plus amèrement de n’en entendre parler qu’aujourd’hui. So long, Paul, et bravo pour la ténacité.

« Kirsten Fucking Dunst! »

J’aurais pu commenter en long et en large ce court de Matthew Frost (avec Kirsten Dunst). Mais je pense que les images parlent d’elles-mêmes. Le mal de notre société, la triste vacuité d’une génération entière, synthétisée avec perfection en 2m36.