SKI-HI Banner 2

SKY-HI en concert presque privé

Au Japon, Mitsuhiro Hidaka se produit normalement devant 15 000 à 50 000 personnes (surtout avec AAA). On n’était pas 50 pour lui au Glazart samedi soir. C’était flippant, mais magique. Petit récit sur ce concert qu’aurait adoré un paquet de ses fans japonais.

J’ai déjà posté sur SKY-HI, et plus de trois ans après l’avoir découvert, j’ai enfin eu la chance de le voir en concert à Paris. Deux heures de feu, où ce géant d’1m70 laisse ses tripes sur scène. Entre numéro comique avec ses danseurs et chanson poignante sur le suicide d’un ami, il se livre totalement et partage un univers musical d’une richesse sous-estimée. Pas de syndrome de la partition blanche pour ce touche-à-tout. Il l’explique dans cette interview : il compose comme il respire, même si parfois il sait très bien que ça ne risque pas de séduire les foules. Tant pis, il expérimente, il se fait plaisir.

Promoquoi ?

Petit pépin avec cette tournée européenne éclair (2 dates de suite à Paris et Londres) : son management japonais n’aurait pas voulu investir côté promotion. Résultat, même les fans dans mon genre auraient raté l’évènement sans l’aide d’une copine à 100% dans la J-Music (merci Caro !). Et du reste, beaucoup l’ont raté, l’évènement ! La petite scène du Glazart est un peu étroite pour le talent de SKY-HI, mais la salle était surtout bien vide, avec seulement une cinquantaine de fans présents, agglutinés à la scène, inquiets de la réaction de la star, mais trop contents de profiter de l’évènement tranquillement…

Ça n’a visiblement pas perturbé Hidaka très longtemps : il a tout donné, dès le début, comme s’il était devant un Budokan plein. Le signe d’un grand bonhomme. Deux heures fantastiques donc, pour 10 balles. Parce que le prix des places a aussi été sabré à la dernière minute pour tenter de sauver les meubles. 🤷🏻‍♂️

Visiblement, les personnes en charge de sa tournée savaient qu’il fallait viser petit pour la salle, mais en ignorant toute forme de promotion, elles ont frisé le flop total. Triste. Je n’ai pas d’infos sur les quelques dates américaines qui ont précédé, mais j’imagine que c’était assez similaire. Exporter un talent de ce calibre hors d’Asie, ce n’est pas simple, mais c’est jouable, si un jour une boîte fait ça correctement… JUST DO IT!

Bonus

Pour terminer, quelques vidéos de l’évènement, et des lives japonais, pour voir la différence de taille ! Autre info : chaque concert était ouvert par un artiste local qui débute. Paris a hérité d’un rappeur amateur bien meilleur que pas mal de “stars connues”. Malheureusement, je n’ai jamais réussi à comprendre son nom… Aux US, c’est Grace qui s’y est collé.

La personne la plus éloignée de la scène le voyait aussi bien (et plein de vidéos de la soirée sur ce compte YT).

Moi ? J’étais “au fond de la salle”. Parfait.

Pour info, SKY-HI au Budokan, ça donne ça :

 

Un clip cool pour terminer, parce que j’avais envie ➜
SKY-HI – Double Down

 

 

 

Laisser un commentaire